Nouvelles

Journée mondiale de la paix – Que puis-je faire pour la paix dans le monde ?

Ce jeudi, qui peut paraitre semblable aux autres, c’est une journée pour honorer la paix, l’amour et l’union entre les peuples. Dans le brouhaha du quotidien, c’est aussi peut-être l’occasion de réfléchir à des façons – concrètes, abstraites, créatives et folles même! – de contribuer à la paix dans le monde.

À la toute fin de ma première formation professorale yoga, on me remit mon certificat, deux petites photos de Gurus et… un tout petit livre intitulé : What can I do for world peace? Ah bon? Pendant tout ce temps, la réponse à cette grande question se trouvait donc dans un mince livret d’à peine 50 pages (avec illustrations en plus) ?
C’est beaucoup plus tard, en retombant par hasard sur ce livret que j’eus plus de réponses à mes questions.
Le Yoga, qui signifie Union serait pour les yogis un chemin vers la paix. Et cette grande paix – qui va bien au-delà de l’absence de guerre – serait indépendante des politiques, des idéologies et des structures sociales. Cette paix ne deviendrait globale que lorsqu’un nombre suffisant d’êtres sur terre la laisserait grandir en soi. Le premier pas vers la paix serait donc de se l’offrir à soi avant de chercher à changer quoi que ce soit d’extérieur à soi.

C’est quelque peu déstabilisant au départ, car notre société en quête de bonheur cherche essentiellement un bien-être dans une optique individuelle. On se dit rarement en entrant dans une classe de yoga ou un atelier de croissance personnelle : « Aujourd’hui je change le monde! » Et à l’inverse, lorsqu’on pose une action concrète, lorsqu’on fait un don pour une fondation ou on manifeste pour valoriser une idée, on devient convaincu que c’est l’unique moyen d’honorer les valeurs humaines et, pendant ce temps, il nous arrive de nous oublier.

Et si le chemin vers la paix était plus global? Si l’individuel, le groupe et le collectif n’étaient pas trois étapes séparées mais une même rivière où tous les éléments s’influencent et se nourrissent entre eux?

Il y a ceux qui mangent le pâté chinois en trois étages séparées et d’autres qui mélangent le tout pour goûter cette relation intime entre les aliments… Malgré cette comparaison douteuse, disons que les yogis choisiraient la deuxième option : tout est dans tout!

Alors pour entrer plus au cœur des inspirations yogiques sur le thème de la paix, voici les idées que j’en retiens. Pour les sages, la paix ne peut pas s’écrire dans les constitutions et ne peut être négociée. On ne peut pas signer la paix sur un papier. La paix peut seulement être érigée dans le cœur de quelqu’un puis partagée aux autres qui l’entourent.

Pour atteindre la paix dans le monde, les nations doivent être en paix ; et pour atteindre cela, les villes doivent être en paix. Pour que les villes soient en paix, les familles doivent être en harmonie. Et pour atteindre cela, les individus au sein de chaque famille doivent être en paix.

Et je conclurais avec cette idée que nous ne pouvons changer le monde que nous voyons à l’extérieur, car nous sommes le reflet du monde. Vouloir changer l’extérieur – le faire- avant de changer l’intérieur – l’être- est aussi utopique que nettoyer le miroir quand vient le temps de se laver.

Est-ce que cela veut dire d’arrêter d’agir, de manifester, de construire ce nouveau monde et se concentrer sur notre croissance personnelle? Je ne crois pas. Je pense que ce qu’il faut retenir de cette sagesse orientale, c’est que pour construire ce nouveau monde de paix et d’amour, il faut des fondations solides… Et nous, les êtres humains, sommes les principaux matériaux!

Et vous… que ferez-vous pour la paix dans le monde?

 

Par Vanessa Doyon-Bolduc

2017-09-21T07:59:09+00:00 21 septembre 2017|Nouvelles|
Abonnez-vous à
notre infolettre!
Nouvelles - Promotions - Évènements